Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ca s'est passé

  • Une folie

    Dans l'après-midi du dernier mardi je suis sorti promener un peu M. hors de la maison où j'ai passé mon enfance, pour voir les chevaux. Très vite nous avons distingué un homme qui se dirigeait vers le carrefour où nous nous rendions, à même distance et même pas : le raseur du hameau. Impossible de faire demi-tour ainsi à découvert, résignés nous descendons vers lui qui pousse une brouette; il est en bleu de travail. C'est un ancien cadre dirigeant des pinceaux Raphaël, viré par le fils de son patron à la fin des années 80. Il est très satisfait de me saluer pour me dire aussi que mon père lui semble fuyant depuis quelques mois, abasourdi par cette verve, je regarde d'un air interrogateur le contenu de sa brouette souillée de boue noire. Il nous enseigne alors qu'il récupère fièrement le limon de l'ancien lavoir dudit carrefour pour en faire un fertilisant, contestant au passage mon terme choisi d'engrais. Ma fille le boude sans mal, il me dit qu'en général les enfants le fête toujours. Raseur vous dis-je, il nous conduit au bord de la fontaine et commence sa manoeuvre, en le voyant faire, je pense aux deux incendies survenus à une dizaine d'années d'intervalle dans les hangars de stockage Raphaël, depuis 1997, et me demande s'il a jamais été inquiété, je souris intérieurement de ma méchanceté vengeresse. M. fait de grands yeux. Puis nous le laissons là, à sa boue. M. maintient ce que son grand-père lui a dit, les chevaux ne sont pas là. Je lui dis que parfois ils sont tout au bout du chemin et qu'il faut y aller. Mais de ma hauteur je les vois déjà sans les lui signaler. Ils sont deux, très moches et l'un d'entre eux porte une couverture ce qui ne laisse pas de faire causer M. Il la porte pour dormir, car les chevaux dorment debout grâce à un système savant de loquet dans les os de genoux, dis-je. Nous nous en retournons à regrets pour ce qui concerne ma petite aux grands aux-revoirs cynégétiques. Elle réclame alors que je la porte, elle a trois ans et la porter jusqu'au retour me semble difficile. De passsage à la fontaine nous ne verrons plus le vidangeur bien heureusement, et sur la route M. acceptera de marcher. En remontant nous apercevons un autre voisin à la porte de son garage qui tutoie son zimmer, c'est le père de celle qui était alcoolique et dont le mari a fait fortune dans les masques (HunNun), à qui il avait donné le terrain jouxtant le sien il y a bien longtemps. Ma mère s'en veut encore de ne pas avoir deviné cet alcoolisme "de luxe", elle qui est si sagace a mener l'enquête parfois. Nous rentrons à la maison et je jette un dernier regard dans la côte où j'avais vu enfant, le clochard qui habitait la petite maison sise auprès de celle de mes parents, partir au bourg revêtu d'une robe appartenant à maman, après avoir fait nos poubelles. Il est mort lamentablement saoûl au bord d'une route, celui qui avait trouvé son frère pendu dans le grenier.

  • Remembrance (et fin du facebook)

    Dans le petit port de Cassis très visité l'été, il y a un homme qui se promène toujours de blanc vêtu (ils ne sont pas rares) celui-là est poète. En plein centre et lorsque vous remontez de l'unique plage se trouve son échoppe d'angle consacrée entièrement à sa poésie sienne, par les vieux quartiers on trouve même un magasin qui renvoie à cette nouvelle adresse, du moins l'ai-je constaté en ce pénultième été. Cela était absolument impayable. 600 poèmes au choix. Sans nul doute un roi pour les cocus.coucou.jpg

  • Petrouchka (jeudi soir 26/11)

    ges_Lacombe-1868-1946-Marine_bleueBeaux-Arts_de_Rennes.jpgDans le tournant du premier balcon ma voisine de droite m'a avoué ne pas avoir payé sa place. Mon autre voisine au chic assumé connaissait le programme sur le bout de ses doigts qu'elle ne manquait pas de faire claquer promptement à la fin des pièces musicales, et c'est avec cette classe qu'à l'entracte elle a réquisitionné poliment le programme annuel posé sur mes genoux pour achever de l'utiliser en éventail nonchalamment retombé à sa place, lorsqu'elle regardait de l'autre côté son époux. Naturellement j'ai prévenu sa chute, naturellement elle loua ma prévenance en m'ignorant. Mais cela n'était rien en regard de l'autre voisine qui ne payait pas son entrée pour la bonne raison de sa qualité d'émissaire du ministère de la culture venue pour; donner son avis, sic.

    A l'entracte, le virage était impraticable et nous sommes restés assis. Je l'écoutais me parler avec distraction tandis que je contemplais cette armoire à chevaux, étale sur la scène. "Armoire à chevaux renversée", ai-je pensé alors qu'elle me disait sa surprise de ne voir que des cheveux blancs dans le parterre de l'auditoire. J'avais choisi le meilleur endroit pour observer du balcon les mains d'un pianiste venu interpréter un répertoire russe très attirant à mon goût, même s'il remplaçait au débotté Mikhail Rudy initialement programmé. Le meilleur endroit enfin pour les meilleures voisines. L'émissaire me faisait part de ses critiques à l'égard de ce remplacement, trouvant à redire sur une interprétation de Rachmaninov sans partition, alors que ce remplaçant avait eu seulement deux jours pour préparer le répertoire à l'identique (sauf ce Rachmaninov au détriment des tableaux de Moussorgski). Admirons la coupole, imaginons sa restauration, les corps de métier attenants, ses boiseries et ses dorures.

    Je me serai tu sur ce "1884" en chiffres d'or tout là haut au fronton qui signait l'inauguration du théatre quand Jarry avait onze ans et qu'il assistait à ses premiers opéras comiques ici même, soufflant au foyer du surréalisme et le réanimant à jamais ! Ou ici encore l'annonce faite sur la scène de la naissance de Patrick Dewaere par ses grands frères après la guerre. Louis Guilloux toujours... Non rien de cela, je ne suis pas qualifié, nous discutons des pratiques amateurs dont je connais un peu le rayon, elle ne manque pas de préciser qu'elle a fait partie d'un jury de concours de piano pour amateurs et de me demander mon instrument. Quand revoilà Roustem Saitkoulov sur la scène jouant Prokofiev, son meilleur moment. Mais dès le début de Petrouchka si cher à mon coeur, je suis surpris et déçu par la rapidité extravagante d'exécution de cette oeuvre de Stravinsky. Roustem Saitkoulov, reviendra plusieurs fois faire des rappels avec une alacrité dissimulée.

  • Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Brieuc

    les mardis après midi, je peux faire un tour au musée sans croiser âme qu'y vive hormis la guichetière, planton zozotant. L'exposition des peintures de Jacques Lacomblez (peintre et poète 1934-) semblait prometteuse vu que le bonhomme belge a fréquenté par le passé Breton, Magritte et d'autres surréalistes (ceux-ci chers à Lévi-Strauss dans la manière de faire) mais la ballade dans le musée devient vite une angoissante sortie de classe fantôme, dans une présentation des oeuvres où reste peu de place, au milieu des rémanentes maquettes et autres expositions d'outils calamiteux. Louons tout de même sa présence qui ne doit pas au hasard, la matière surréaliste étant bretonne (A. Jarry, M. Denis deux symbolistes précurseurs et Y. Tanguy, A. Breton) ainsi que belge (R. Magritte, et la liste est longue).

    "J'attends depuis des siècles
    un oiseau fabuleux
    qui vienne en mon désir
    couver un instant d'or"
    Jacques Lacomblez "Pages de Mégarde" 2008.

  • Maurice Denis et la bretagne (japoniaiserie ?)

    Derrière le maître des Nabis on aurait pu imaginer un être plus sulfureux que celui qui apparaît dans ses thématiques visibles sur "La fraction du pain" ou d'autres pieux sujets bretons "l'enclos paroissial de Lampaul"... Pourtant l'effet des bleus dans l'ombre est bien là et même les couleurs négatives saturent sa peinture. Plus tard durant la visite on apprend qu'à son goût les paysages bretons sont propices aux sujets mythologiques (Galatée, le Minotaure...) et particulièrement ceux de Ploumanach - où j'ai personnellement vu la fille d'Hérodiade. Ce bon père de famille (sept enfants) appréciait la poésie de Charles Le Goffic dont le paraphe figure sur une page de garde d'un recueil en sa possession, ils partageaient l'idée selon laquelle l'art est une sacralisation au sens religieux, des sujets. Hélas on se souvient plus de lui aujourd'hui pour ses japoniaiseries d'époques, enluminures fondamentales du Nabi :

    Les Hêtres de Kerduel (1893)

  • Val-André janvier

    janvier.JPG 

  • Paris ment

    <<VENDU>> est écrit sur la maison que j'aimerais acquérir. Cela me fait penser à cette farce courue après-guerre dans les librairies parisiennes qui portaient les estampilles <<EPUISE>> <<VENDU>> au portrait de Pétain peut-être, mais je ne sais plus car je n'ai pas
    connu l'après-guerre et encore moins de guerres. Mardi dernier, à l'heure de la sieste s'égrenaient <<2000 ans d'histoire>> sur une radio qui ne mentait pas et dont le titre d'émission nous entraîne dans 2000 ans. Quelle valeur auront alors les photographies de propagande nazie ? je ne parle pas des photos en noir et blanc envoyées par les prisonniers (et autres S.T.O) à leur famille, celles que mon père et moi avons interrogées suite au décès récent de sa mère; ces défilés allemands aux monuments parisiens. Il était question sur cette radio de la sexualité des français sous l'Occupation au travers de l'ouvrage de Patrick Buisson : <<1940-1945 : années érotiques>>. L'émission commence très fort avec dans la bouche de Buisson lui-même <<Thanatos ? : la guerre>> et Eros ? ; mais je résume : torture et luxure. Je passe sur mes réminiscences de lectures de Duras et mon amalgame de l'exportation de la torture en Algérie par les torturés eux-mêmes. À cette époque la France compte trois hommes pour cinq femmes, rapport des sexes inégal penserez-vous mais inversé puisqu'en nature les femmes sont en minorité statistique (il faut bien se battre). Les subsides pétainistes alloués aux familles et donc aux femmes (travail - famille - patrie) sont trop maigres au regard d'icelles qui s'en remettent à la prostitution occasionnelle. Le culte allemand du corps et du vainqueur n'arrange rien. Patrick Buisson fait observer que Résistance et pétainisme tenteront de prôner les mêmes vertus morales, hélas et bon sang de bons soirs : nos femmes se prostituent et certains hommes se soumettent par <<reddition du corps>>. Sexualité et homosexualité connaissent alors une période faste (coincés entre les années folles et la fureur de vivre sont les zazous) qu'il n'est pas difficile de saisir en couleur sur les photographies d'André Zucca actuellement exposées à la Bibliothèque Historique de Paris.


    Patrick Buisson - 1940-1945 : années érotiques - Albin Michel.

    Ecouter l'émission de Patrice Gélinet avec des extraits de Suzy Solidor et Abel Bonnard (la gestapette)...
    http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/2000ansdhistoire/index.php?id=66791

    Expo photo A. Zucca
    http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=145&document_type_id=2&document_id=50952&portlet_id=11706

    Lire aussi D.D.T. dans l'Obs de cette semaine.

  • 192019471973

    Deux heures de marche à pied aller-retour sont nécessaires pour aller à l'école.
    Dans une même fratrie un enfant sur deux meurt, à la naissance ou en bas-âge.
    Il arrive que des enfants sautent dans la douve lorsqu'ils aperçoivent une automobile pour la première fois.
    Ces mêmes enfants ne savent pas parler le français lorsqu'ils arrivent à l'école.
    L'électricité n'est pas acheminée dans ces contrées, pas plus que l'eau courante il faudra attendre la fin des années 50.
    La porte de la ferme est ouverte même à l'hiver, à cause de la fumée du feu dans la cheminée, et de l'humidité.

    la moisson est faite !
    cela dit en breton je n'aurais pas pu comprendre et nous rions de ses dernières paroles bien pesées.

  • Banlieues bleues back burner

    En Afrique lors d'interventions occidentales visant à limiter les effets du virus ebola, le personnel a été confronté à un problème irrationnel induisant l'assassinat parfois et qui s'est généralisé aussi vite que le virus dans la population locale : la défiance de celle-ci devant les soins apportés ou les conseils de prévention. Un médecin résumait ainsi le problème : tout acte ou conseil prodigué peut-être interprété à l'envers. Ainsi une femme revenue de quarantaine a-t-elle risqué sa vie sinon l'ostracisme de ses proches : parce qu'elle en était revenue vivante et en possession de médicaments elle ne pouvait que les avoir volés aux autres et ils en étaient morts. Dans les banlieues la violence orientée contre les services et pouvoirs publics, témoigne me semble-t-il de cette même inversion.

  • "Le promeneur du champ de Mars"

    Après avoir regardé ce film je m'aperçois le lendemain que la génération du jeune héros (la mienne) est à Mitterrand ce que la sienne était à Pétain ou à Rimbaud, c'est selon, comme il lui fit remarquer depuis sa baignoire je crois bien : ces derniers étaient de la même génération.

    1850
    1910
    1970

  • "Footprints"

    J'ai fait mettre une peau de côté la semaine passée je viens la prendre

    une peau de quatorze pouces n'est-ce pas ?

    une peau claire

    une transparente ?

    non pas la peau lisse pitié

    une à bain d'huile alors ?

    non plus, une à grain

    je vous débarasse de l'ancienne ?

    je la garde elle a bientôt quinze ans et je ne l'ai jamais percée, en l'enlevant je me suis aperçu de mille détails invisibles

  • mémo

    "Moins l'esprit comprend tout en percevant davantage, plus grande est sa puissance de fiction, et plus il comprend, moins grande est cette puissance."

    Spinoza, "Tractatus de intellectus emendatione".

  • "Jarry et le monde celtique"

    samedi dernier en ce début des froidures
    pour fêter les 100 ans de la mort d'Alfred Jarry (le 01/11/1907 à 16h15)
    christian prigent,
    henri béhar,
    patrick besnier,
    jean-luc steinmetz
    et venda benes
    appréhendent une réunion d'écrivains de gros bourg pour génies ruraux
    en le petit théatre de saint-brieuc
    pistes

    squelette extérieur

    breton
    charles filiger
    vitraux
    pré-raphaëlien
    pureté
    le petit théatre de saint-brieuc a été construit lorsque jarry avait onze ans (en 1884 - opérettes à l'époque)
    jarry passera des années en bretagne et, de sa sixième à quinzième années résidera à saint-brieuc
    les carrières de trémuson
    les saints assis de la cathédrale de saint-broque
    la scatologie (potachique)
    ontologie et "honte au génie", titre de la chemise contenant ses écrits de prime jeunesse

  • Courbette de saison

    PEIGNAIT LES LAIDES MAIS FOUTAITphotographiait LES BELLES en audio-guide
    si j'allais y voir
    à noël sa peinture
    et que j'attendais
    des heures au grand palais
    sans ticket coupe-queue
    disons que ces gerçures
    me rappelleraient les angelures
    chopées par le peintre des givres
    les mêmes givres chantés par Théophile Gautier
    PEIGNAIT LES LAIDES MAIS FOUTAITphotographiait LES BELLES avec le soutien-gorge
    bonjour monsieur monsieur
    que faisait là cette diligence
    les chiens diminués
    les cervidés disproportionnés
    les pieds hors-sol
    et ce mot cynégétique
    incongru en diable
    non je n'aimais pas
    à quoi bon figer les givres
    PEIGNAIT LES LAIDES MAIS FOUTAITphotographiait LES BELLES autocritiques d'art
    le nombril de la femme
    au perroquet s'écaille
    concentriquement sa
    peinture vit encore
    c'est mieux ici
    il est bon à faire du cheveux de chevelure
    digne de gorgone
    mais surtout IL EST FORT EN POIL
    PEIGNAIT LES LAIDES MAIS FOUTAITphotographiait LES BELLES de souvenirs en plastique
    le procédé qu'il attribue dans un seul de ses autoportraits
    à ses yeux consiste en reflets à la façon des obsidiennes
    et signe l'inventeur du réalisme ébouriffé désespérant de vanités
    PEIGNAIT LES LAIDES MAIS FOUTAITphotographiait LES BELLES cartes de presse
    ai-je pensé

  • Trajet défense->blanche avec intermèdes dans le météorepolyton et paierie parisienne

    sur l'esplanade des paysans en dimanche
    la défense affiche d'éléphantesques anches
    je prends l'escalator avaleur de mes cannes
    offensé-je élégant qui à blanche cancane ?

    Oui il est 17h20 je suis très pressé
    et je signale que si le musée de la vie romantique
    ferme ses portes à 18h comme tout musée sa billeterie ferme plus tôt, en l'occurence 17h30.
    sachez ensuite qu'il est bien accepté de payer par carte bancaire
    mais pas en-deçà de 15€ (entrée 7€ pour Henner seul).
    il y a un DAB en sortant attesté par le cafetier qui fait l'angle à la sortie.
    courir tout droit en passant la grille pour prendre la rue d'en face
    attention à la marche et à la traversée, courir jusqu'à prendre la prochaine rue à droite
    puis au fond de celle-ci, à gauche le DAB. revenir en courant, reprendre son souffle,
    éviter de parler à l'ouvreuse qui ferme comme à la supérette
    mais qui n'a pas daigné indiquer le distributeur tout à l'heure, voilà.
    méchante va...

  • Nous parlerons du pays et des sentiments

    Soir, mardi 23

    A la fin d'octobre 2007 je me trouve dans l'exact milieu du segment dessiné par Gustave Courbet et Jean-Jacques Henner que je ne connais pas encore - ou si peu - mais que m'en restera-t-il? J'ai déjà fait mes emplettes de souvenir aux lafayettes. La vendeuse qui m'y conseilla un sautoir pour ma femme a été dans le collège où mon père enseignait les mathématiques. Surprise des dénombrements? des géométries? Je suis las depuis longtemps des histoires de professeurs mais poursuivi. Ainsi aurai-je dû couper l'autoradio hier avant d'écouter cet écrivain qui détaillait par le menu la psychologie du cancre. Je me rassure aujourd'hui avec ce cher Louis qui considérait le bénéfice de l'institution scolaire comme une trahison; la trahison sociale de son milieu. Je crois sans savoir me l'expliquer : trahison tout court. Plus loin encore que comprendre ne pas comprendre, plus forte que la perception chère à Spinoza, je revendique ma stupidité et ne cache plus l'air qu'elle me donne devant la beauté ou devant n'importe quel questionneur.

  • Four hundred years and more

    6271add8265e38b3748f99f45a61e17e.jpgIl y a quatre siècles, le bourg de Marciac distillait et fermentait son Armagnac, entre cagnard et froidure depuis déjà quelques siècles. Dans les années folles, peu après les débuts du jazz et pendant la prohibition aux Etats-Unis, le Very Superior Old Pale acquérait ses lettres de noblesse dans le monde interlope des tripots américains. Marciac est aujourd'hui peut-être le deuxième festival de jazz au monde après celui de New-York en juin; où, si vous venez de l'étranger vous passerez par Paris, puis Bordeaux. Cette dernière ville a tiré son opulence du commerce triangulaire de l'esclavage. Les alambics ambulants d'Armagnac passent dans les environs de Bassoues ou Lupiac, rappelant l'origine arabe de l'alambic, rappelant les sarrasins par la légende de Saint-Fris de Bassoues, neveu de Charles Martel.

    Marciac, c'est aussi l'identité et la réparation nationale.

    Ecouter "V.S.O.P.: The Quintet" sonyLabel - 1977. (sorti l'année de la création du festival)
    Herbie Hancock on piano
    Ron Carter on bass
    Tony Williams on drums
    Freddie Hubbard on trumpet and flugelhorn
    Wayne Shorter on tenor and soprano saxophone

    a8ab614798d5c336b8fc50f461d83305.jpg5f8bec0e9355cb4457ed62a86cb1e1c4.jpg5f2733fde0dd857625f8ab93796912a0.jpgb51230580de7ca57508a9f85182ca355.jpg

  • Photographie interdite

    medium_offices_Small_.jpg

     

     

    J'ai volé un carnet petit format à l'estampille du musée, mais un an plus tard cela ne compte plus.

  • Je m'ennuie

    medium_duomo_Small_.jpg

  • Jardins

    medium_boboli_Small_.jpg

  • Photographie de l'actualité "culturelle" dans GOOGLE FR (par un copier-coller à 18h15)

    Culture  >> 

    L'Express
    Paris Hilton condamnée à 45 jours de prison
    L'Express - Il y a 8 heures
    Paris Hilton, héritière de l'empire hôtelier éponyme et vedette de la télé-réalité, a été condamnée vendredi à 45 jours de prison pour avoir enfreint les règles de sa mise à l'épreuve pour conduite sous l'emprise de l'alcool. ...
    Paris Hilton passera l'été en prison Showbizz.net
    45 jours de prison pour Paris Hilton France24
    Le Monde - nouvelobs.com - RTL.be - TF1
    70 autres articles >>


    La Voix est libre fait de la résistance orale
    Le Monde - Il y a 3 heures
    Les Bouffes du Nord, le théâtre de Peter Brook, au nord de Paris, abrite le festival La Voix est libre, dont l'architecture colle à l'élection présidentielle. Ce sont trois soirs consacrés à la résistance orale face aux "pouvoirs marchands". ...
    Jazz nomades prend la parole Libération
    2 autres articles >>


    Ils sont venus nombreux dire adieu à Grégory Lemarchal
    TF1 - 3 mai 2007
    Une foule imposante se pressait dans la cathédrale Notre-Dame de Chambéry pour assister aux obsèques du chanteur décédé lundi à l'âge de 23 ans des suites d'une mucoviscidose. Une foule imposante se pressait jeudi à 15 heures dans la cathédrale ...
    Hommage à Grégory Lemarchal de Star Academy Cyberpresse
    Musique, pleurs et bravos aux obsèques de 7sur7
    Tahiti Presse - Europe 1 - Le Figaro - Le Monde
    143 autres articles >>

  • analyse

    A quatre ans j'ai traversé la trajectoire d'un palet breton qui fit mouche en ma tête, il fut projeté par mon grand-père maternel.

    A six ans je me suis retourné dans un tonneau de chantier près de ma maison en construction, il était rempli d'eau de pluie et plus grand que moi, comme on s'est inquiété de moi un peu tard j'aurais pu me noyer mais, rigolard je me suis retourné.

    A sept ans je suis doué d'une sociabilité remarquable, je refuse de déjeuner chez des inconnus si on ne m'isole pas dans une pièce.

    A huit ans l'idée de la mort m'est rassurante. Je me rappelle avoir eu la sensation fugace et délicieuse de ne pas être moi, cela se reproduira par la suite mais de moins en moins.

    A neuf ans j'ouvre ma collection de têtes de mouche. J'apprends les rudiments de tambour mais ne sait pas où arrêter les doubles croches.

    A douze ans je tiens une classification synthètique (par formes) des visages féminins, abandonnée depuis. Ma gravité effraie les femmes.

    A treize ans je me fêle la clavicule dans mon lit.

    A quatorze ans j'ai de gros problèmes en classe de latin où je suis mis à l'isolement perpétuel au fond de la classe. Je recherche dans mon glossaire de latin tous les mots à caractère sexuel et je crois alors que tout le monde possède ce même goût, enfin j'ajoute que j'étais nul mais fasciné et chose curieuse, ma professeur de latin était aussi celle de français qui me choyait.

    A quinze ans je m'ennuie à mourir. Je quitte bientôt ma professeur d'anglais qui m'aura tanné quatre années durant, par choix précoce (son choix). Je la quitte totalement nul, tricheur à son grand dam.

    A dix sept ans je n'entreprends aucune études de lettres qui m'auraient passionnées au prétexte que toutes les langues m'emmerdaient sauf le français. J'ouvre une correspondance manuscrite et intense avec ma première dulcinée. Elle en deviendra professeur de français dans son pays. J'achète mes premiers disques de jazz.

  • "Académie du Jazz 2006 : le triomphe de Pierrick Pédron"

    "Au cours de la soirée organisée le 18 décembre 2006 au Grand Foyer du Théâtre du Châtelet, à Paris, l’Académie du Jazz a décerné ses prix pour l’année 2006. Grand vainqueur : le saxophoniste Pierrick Pédron qui a remporté deux prix : meilleur disque français et surtout le prestigieux Prix Django Reinhardt.
    Voici le palmarès 2006 :


    Prix Django Reinhardt (musicien français de l’année) : Pierrick Pédron
    Finalistes : Laurent Coq, Médéric Collignon

    Prix du Disque Français (meilleur disque enregistré par un musicien français) : Pierrick Pédron « Deep in a Dream » (Nocturne)
    Finalistes : Antoine Hervé « Road Movie » (Nocturne), Stan Laferrière & Vintage Orchestra « Weatherman » (Jazz aux Remparts/DJAZ Distrib)"

  • L'ode à l'onde

    J'ai découvert hier soir sous la direction de Laurence Saltiel le poète belge Géo Norge (de son vrai nom Georges Mogin, Bruxelles 1898-1990). Cela s'est terminé en choeur et ainsi de mémoire
    "Si j'avais été sable j'aurais tenu la forme de son pied nu"
    Le vers est lent, long et délayé, il y avait aussi
    "Si j'avais été fontaine j'aurais connu le frisson de son pied nu"
    mais encore, cela commençait par "Si j'avais été lumière..." puis "Si j'avais été marre..."!
    Le choeur était constitué d'élèves féminins (un seul homme sur une dizaine) ayant travaillé depuis trois mois avec elle. C'était parfait, si je m'étais écouté je me serais levé. Les harmonies développées évoquaient "la mer" de Debussy dans l'apparition des choeurs, ou Ravel dans la répétition de ces quatres vers, la progression des nuances et les digressions harmoniques. J'ai remarqué aussi dans le choeur la présence de trois adolescentes protubérantes mais dès le début j'ai fermé les yeux. C'était la fin de la première partie elle a joué ensuite avec ses musiciens, mais pour moi c'est resté le clou sans quoi je n'écrivais pas.

    v, Laurence Saltiel
    dm, François Laizeau
    b, Benoît Dunoyer de Segonzac
    pno, Joël Bouquet

  • Dewaere

    medium_dewaere.JPG"La salle était comble, Jean-Pierre, six ans, et Yves-Marie, trois ans, avaient crié très fort, avant le début du spectacle, qu'ils avaient un petit frère. Le public briochin a accueilli chaleureusement la nouvelle. Dès son premier jour, Patrick a été salué dans un théatre, par un tonnerre d'applaudissements".

    Extrait du canard local "Le Penthièvre". Briac Trébert (gast!) extrait les propos de Mado Maurin de son livre.

     

    ici gélodacrye

     

    Photo collection Mado Maurin.

  • Un an de blog

    Monsieur le Maire,
    J'observe depuis quelques temps la tendance des lampadaires à s'exposer dans la posture de la crucifixion, j'attire votre attention sur ce point et vous voilà prévenu : j'irai fumer vos lampions.
    _________________________
    Lolita emboîte le pas de la femme-avenir puisqu'elle sera toujours l'avenir de HUMBERT HUMBERT HUMBERT HUMBERT HUMBERT HUMBERT HUMBERT.
    _________________________
    de la programmation par contraintes qui s'inspire des sudoku
    _________________________
    Vu la valve (Saint-Laurent-de-la-Mer)
    Je descends souvent par les "chemins de Louis Guilloux" au port puis à la mer. Aujourd'hui, dans le vent de la plage je me mets en quête de bernique et cela malgré mon otite. Le médecin m'a dit que j'ai les tympans "séquellaires" (mot inventé) et qu'il me faut éviter le sel et les fruits de mer. "Bernique" est un nom qui n'est pas de tous les dictionnaires. C'est un nom masculin dans Le Larousse 1961 qui indique son origine bretonne "bernic" alors qu'un dictionnaire plus savant le traite comme interjection. C'est donc le nom breton de la patelle, mollusque conique univalve qui se colle aux rochers au gré des marées. Il faut le décoller d'un seul coup de maître à l'aide d'un bon gallet et ne pas essayer à nouveau en cas d'échec car il se rétracte. Sa forme conique est remarquable et une fois décollé sa valve ne l'est pas moins. Lavée à l'eau de mer dans une flaque fraîche et salée de la marée descendante, elle est délicieuse.
    _________________________
    La souris verte et le clavier violet
    "Je [m]'attrape par la queue
    Je la montre à ces messieurs"
    _________________________
    Qu'aura donc le sens de cette phrase dans quelques années ?
    "Si vous faites un contrôle-molette sur les blogs vous changer la taille des caractères à l'écran."
    _________________________
    Les matins les plus beaux matins
    mais les soirs aussi
    j'appelle ainsi
    celle de mon lit
    astrée-pipeau
    je ne me rappelle plus les précédentes inventions
    _________________________
    (Chez Kate)
    Sifflera bien mieux le macho moqueur
    griotte.
    Quand je fais pipi,
    je m'autopoétise.
    La Nature à mes pieds m'est soumise.
    Je la foule.
    Je la souille aussi
    dans ces virils
    humus de conifère,
    qui sentent si fort
    à la fin des printemps.
    _________________________
    Dans son interview avec François Bazin (Obs de septembre je crois)
    Claude Allègre est l'auteur de ce tercet
    "Lionel, plus que jamais !
    Reviens-nous parce qu'inquiet, inquiet de l'état
    D'une gauche sans repères et désunie,
    Inquiet par la droite et Nicolas Sarkozy."
    _________________________
    Les chats roux
    j'ai la phobie des chats à tâches rousses
    la moindre d'entre elles sur l'un d'entre eux suffit à me glacer les sangs
    _________________________
    Cher Guillaume t'es tout nu sous ton pull dans la rue qu'aime bulles joli mumm
    _________________________
    Discours imaginaire du maire extraordinaire
    Notre commune accueille bientôt la plus fameuse
    fanfare de cavalerie de l'Histoire de France
    A cet effet les militaires occuperont exclusivement
    le dortoir des jeunes filles de notre
    collège pendant les vacances
    Familles soyez fières
    de préparer nos filles
    au don et à l'abandon
    Fillettes soyez grandies
    de l'honneur
    que vous rend la patrie
    en vous prenant
    vos lits

    Voilà des années
    qu'une portion
    d'un escadron
    (des fanfarons)
    prenait ses quartiers au dortoir
    des filles
    du collège
    d'un bourg
    de Haute-Savoie
    Les fiers à bras
    occupaient les chambres
    des grandes
    (ces dernières laissèrent
    des culottes sales
    des lettres brûlantes)
    Les autres dont j'étais
    auraient pour tout couchage et pour
    la première
    et dernière fois je le crois
    un lit de petite fille inconnue
    avec des remords criminels
    _________________________
    fin
     la fin
    à la fin
    tremblement
    image
    maniérisme
    Bartolomeus Spranger
    perception bistable
    illusion auditive = le chapitre VII jamais fait
    _________________________
    Bartok (Chez Virginie si je me souviens bien)
    une âme de violoncelle
    se passe lame scalpel
    c'est un temps criminel
    _________________________
    "Je longeai le chemin avec deux amis.
    Soudain le soleil se coucha.
    Je le ressentis
    comme un soupir mélancolique.
    Le ciel devint tout à coup
    rouge couleur de sang.
    Je m’arrêtai, et épuisé à mort
    m’adossai contre une barrière.
    Je vis le ciel enflammé,
    le fjörd et la ville
    étaient inondés de sang
    et ravagés par des langues de feu.
    Mes amis poursuivirent leur chemin,
    je tremblais d’angoisse.
    Et je sentis
    la nature traversée par un long cri infini."
    Edvard Munch

  • Etat avec rupture ?

    Inspecteur départemental
    Inspecteur
    Inspectrice
    Contrôleur principal
    Contrôleuse principale
    Contrôleur principal
    Contrôleuse principale
    Contrôleuse
    Contrôleur
    Contrôleur
    Contrôleuse
    Contrôleur
    Contrôleuse
    Contrôleuse
    Agente C
    Agente C
    Agente C
    Agente C
    Agente C
    Agent C
    Agente C
    Agente C
    Agent C
    Agente C
    Agente C
    Agent C
    Agente C

    Je me suis rendu au centre des impôts mardi dernier.
    Je m'ennuyais avec mon numéro d'attente donné par la machine
    quand j'ai surpris sur un mur ce poème extravagant.
    La fin est terrible,
    le C porte l'humiliation des catégories inférieures
    valorisées (à ce qu'elles croient, les pauvres)
    par la féminisation du mot "agent".

    sucre poudre pack 750g   7.54
    creme entiere bouchon x3,60cl  15.09
    pois extra fin, 1kg   9.51
    6 crepes fraiches   12.46
    pancakes x10,350g   10.89
    yoghourt nature x16,2kg   14.89
    radis rose    6.95
    dattes deglet nour,500g   8.92
    confit.fraise b.maman,.37kg  9.25
    pampryl orange,6x1l   44.08
    carotte botte    10.95
    calamars romaine,500g   14.04
    pate a pizza ronde 260g   9.77
    pain rond coupe 400g   5.90
    pate feuill. derouler pb,230g  5.97
    essuie-tout,4p    4.99
    farine ble kg, 1kg   3.67
    olives noires aromates   6.23
    crepiere alu diam 25   36.34
    eau isabelle 6x1.5l   5.90
    double concentre tomate,400g  2.49
    mayo fine et douce   8.07
    stick & bretzels tubo,300g  9.90
    avocat fuerte cal 16 236/265g 2x1.00 13.12
    mangue     9.84
    clementine feuille   10.95
    fruits poids variables   9.58
    dejeunettes x4    4.92
    legumes poids variable   1.18
    poire beurre hardy   7.22
    fromage coupe    22.76
    champignons    5.38
    lot de kiwis 3+1G   8.86
    riz long basmati, 1kg   8.99
    confiture myrtille,370g   8.72
    legumes poids variable   7.41
    dejeunettes x4    4.92
    coeur de palmiers 1/2,220g  9.45
    fruits poids variable   8.07
    tradition moulu -1grt,4x250g  24.53
    papier hygienique blanc,12p  14.23
    torsades -15% grt,3x500g  12.46
    spaghetti -15% grt, 3x500g  12.46
    legumes poids variable   8.33
    endive     14.82

    Ticket 03/11/06
    MERCI
    DE VOTRE VISITE
    KENAVO A BIENTOT

    Je ne fais pas mes courses chez Fauchon (trop loin),
    il fallait lire les prix en francs.

  • autoportrait

    medium_sienne1_Small_.jpg

     

     

     

     

     

     

    medium_sienne2_Small_.jpg

     

     

     

     

    ... my wife ? 

     

  • les livres de lait (texte inexploitable)

    Où je crois prendre les mots la poésie prend.
    Je revois le pavé coupé dans la tome de croûte polychrome.
    Je revois la lunette sur une étendue liquide et blanche d'où s'échappe l'incroyable odeur de lait.
    Le mont Palatin n'est jamais qu'un feuilleté de briques pralinées.