Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Manche (la chute)

    Tout à vau-vent se ploient mes ans, s'abat de l'eau
    Entre la page et moi grossissait un mensonge
    Entre moi et le fond de la vallée un songe
    De postiches neigeux, la moustache au calot

    Tombe. Toute une armée d'adieux part à vau-l'eau
    A la flaque à la crotte, aux vents ! les flocons foncent
    Et descendent et remontent au ciel en once
    En collant de si vils baisers aux caniveaux

    Il est si bon de dessiner la frondaison
    Tout en observant cette coulée des glaçons
    Aussitôt fondus que risibles semblant noirs

    Mais voilà que maintenant durcit le blanc gras
    A la gorge et au nichon du vallon ingrat
    Je ne le vois plus il s'éclairera ce soir
    (11/03/13)

  • Les 4 poèmes de février 17

    cures.jpg

    13/02
    qu'importe la pierre à un amant ravaudeur
    c'est un joli-coeur qui n'est jamais dur qu'aux sangs
    passée l'effusion il voit la fesse aux passants
    et pour la voisine il a redoublé d'ardeur

    il a pris son temps nous devons l'imaginer
    sisyphe elle euh s'en branle euh comme euh de ses hardes
    il ravale il rabâche il ressasse et ça barde
    mais c'est là qu'ils s'entendaient et sans barguigner

    sur le sens ils sont bientôt montés en épingle
    las elle implora de très grands coups mais le pingre
    envisagea du ravalement au grenier

    faut-il se déchirer pour se rabibocher
    dit-elle quand il eut plusieurs fois ricoché
    tout en se regardant au miroir dépeignée

    j'ai raté ma série — 17/02

    n'écrivons que ce qu'il est merveilleux d'entendre
    marcel proust tortille un peu du cul sur les marches
    sunsiaré plus roger se sont tués à garches
    mais la radi_o crache encor de ce jazz tendre

    est-ce elle qui conduisait lui qui descendait
    on s'en fiche un brin surtout dans mon destin
    où j'ai le prétexte d'enfiler du quatrain
    pour rien — l'amour éternel ne se demandait..

    c'est le poème au cul-de-sac et sans retour
    on ira sur la digue à faire du roller
    ceci comme orphée te dirait << à tout à l'heure >>

    (vers deux ou trois heures) on aime aussi bien ma glace
    et même si je l'ai servie dans des sous-tasses
    à midi au dessert j'ai raté ma série

    14/02
    il ne me reste que huit minutes pour faire  le sonnet
    je n'ai pas vu l'heure qui passait
    et je n'y arriverai jamais je le sais
    bien que c'est impossible et j'irai en enfer

    mais admettons que je ne m'en vais pas coucher
    ça se tiendrait il n'est que minuit — pas demain
    faudrait peut-être veiller à rester humain
    on n'est pas non plus à l'impossible bâché

    nous avons des impératifs à la maison
    des lessives_et des vaisselles_à foison
    c'est la moisson de la grande préparation

    et la rime est usée tout n'est que printannier
    oui primesautier renouvelé mais gagné
    pour un retour aux beaux jours comme exclamation

    12/02
    nous échangeons du regard puisqu'il est si bon
    eau claire ou eau sombre avons-nous sa profondeur ?
    qu'importe une pierre à un amant ravaudeur
    fontainier peux t'élancer pour un saut — un bon

    et mieux qu'un vertige ici c'est la libre chute
    dans vos yeux en cascade et sous le clignement
    de la paupière est l'apesanteur qui dément
    l'infime instant où par ce qui vient d'uppercut

    d'un contact à l'eau lorsque nous avons plongé
    de gerbes d'eaux d'embruns bouillonnants_et gorgés
    je vais disparaître assez tôt sous la surface

    c'est le meilleur moment celui de la poussée
    d'un seul coup de pied la remontée est censée
    me faire me voir avec vos yeux hyperclasses


    mp.jpg

  • le 24 avril 2017

    Que ce ciel est bleu ! comm' ces premièr's feuill's m'étreignent !
    << Nous serons bientôt si brûlantes dans tes bras
    Et nous te donnerons la fraîcheur sous la treille
    Retourne-nous_encore un peu sous ton beau drap >>

    ...

    Quelle horrible image de coucher sur ses pages
    La tâche ou l'encre engluées déjà de peaux mortes
    Que n'avons-nous dévoyé d'idées pour des gages ?
    Lors, nous soldons notre temps à la page accorte

    Pour du contrat des testaments_ou des procès
    Allons voir si la greffe a pris s'ouvre à la page
    Ce verger est en viager on est prêt des plages

    Ça serait l'histoire au notaire qu'irait aux putes
    Sans contracter sans station ni hésitation
    Il a foncé à travers leurs végétations

  • le feu (qu'elle promettait)

    si j'étais un homme

    j'aurais aussi des ailes me disait-elle

    et je ne volerais que des aurores

    à l'aube et vers le soleil encore

    pour en rester à bonne distance

    je n'aurais pour proie que les alanguies

    les profondes endormies mais demoiselles

    moi-même oiseau, je me poserais

    alors comme une plume auprès d'elles

    en silence et enjambées. De ma becquetée

    on ne compte plus les décollées

    qui se sont réveillées trop tôt

    et qui m'ont vue

    alors je bande mes ailes

    comme pour repartir au Caucase

    il n'y a pas de plus grand désir

    ni de mouvement de force au monde

    que l'arc de mes ailes et de mes cuisses

    plus prêts d'ansi faillir dans la posture

    la plus ridicule le forfait dérisoire

    puis l'inconnue se réveillait il y avait

    des petites plumes collées

    sur son ventre

  • Louiza

    Où vas-tu suivre un petit rayon de spoème
    Sur l'eau ou sur la lande où ferait-il meilleur
    Il bruine à la mousse au pied de ton débardeur
    On voit du nuage à charge et qui s'amoncelle

    Pourquoi ce soleil ne nous poursuit-il jamais
    Ô taxi, suivez spoèm' ! Montons sur les planches
    Alors la lumière électrique est la revanche
    Comme un moustique assoiffé au bord des marais

    C'est la nuit les sun-lights la poursuite endiablée
    Mon poème est tombé de ta pocheu factice
    Écrit cette aprèsm' au bord de tel précipice

    Ce que je veux dire — un peu grave est si léger
    Le plus beau poème est resté dans la pénombre
    On sait qu'il se déplace avec ou sans nos ombres