Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Hashlim m'a écrit

    Six heures d'eau par jour

    Cces pluies d'été
    Mme donnent honte
    dans leur trombe
    l'obscenité
    Mm'a fait l'été aller
    Nnue sous les bombes

  • Tout est dans l'huître

    J'ai les idées sèches et la rime aride, l'été m'empêche. Mais alors je lis. Vivement mon novembre en Bretagne, et les huîtres laiteuses dans les vrais clair-obscurs. A votre méditation j'apporte cette eau claire de Spinoza "Quo mens minus intelligit et tamen plura percepit, eo maiorem habet potentiam fingendi, et quo plura intelligit, eo magis illa potentia diminuatur." Je n'ai pourtant jamais aimé les philosophes, les scientifiques, les savants... Ils finiront par écrire de la poésie et c'est à mourir de rire. Je n'attends pas.

  • Le glas, la fontaine du parvis et deux fillettes irrespectueuses

    Combien as-tu de la chance
    D'avoir une culotte blanche !

    J'aimerais mieux ton maillot Tiens
    Allons mi-nues dans ce bassin

    Mais j'aime aussi quand tu cries fort
    Et que les messieurs soient en ordre

  • Poésie paysanne

    Mes avant-bras de chaume
    Font mon coeur encor chaud
    De voir en creu ton dôme
    Basilique ma belle
    Ta caverne est cruelle
    Qui fait corps sous ma paume
    Monstresse du duomo
    Comme je bois ton baume !

    La contemplation

    Mon corps est encor chaud
    Des pâtisseries dômes
    Et la crème à duomo
    Rejaillit sur ma môme

  • Ce qu'elle pense de sa mère Aïsha

    on avait toujours chaud
    maman dans nos manteaux

    est-il tellement loin
    hier où tu avais soin

    de nous ? va maintenant_en
    haïssant tes enfants

  • Assise - avril 2006

    medium_P1010515_Small_.2.JPG

  • Dans le bus de Fiesole

    Nous redescendons d'une station de grand air
    A l'entour de Florence il est là dans tes chairs
    Si appesanti l'avril riant des méioses
    Qu'un bus aux voyageurs déposera mes proses

    Je comprends maintenant le regard de l'enfant
    Blond ivre d'un noir défi qui me pétrifie
    Ses pupilles d'obsidienne que sanctifie
    Déjà le devoir paternel me pénétrant

    J'ai devant moi ce petit Hercule au grand zèle
    Il est si beau que cette fois n'est pas coutume
    Je lui souris qui va riant de sa nouvelle

    Tu étais déjà enceinte à cet endroit là

     

  • Ploumanach et la petite érodée

                                                  Pour Salomé
    Une fillette observe la mer
    Sur l'affleurement de roses pierres
    Boudant le paysage onirique
    De cette gerçure granitique

    Dans les rets des vents et des marées
    Un chaos à diaclase est formé
    Au sein des rocs sont les têtes roses
    On rit des coeurs de veau qui s'exposent

    La petite courroucée leur crie
    - Je suis princesse des pierreries
      Vous êtes si vilain et si gros
      Que je vous découpe en fins morceaux !

    Les rochers se mettent à trembler
    Implorant grâce de l'érodée
    - Viens choisir le plus beau d'entre nous
      Et nous lui obéirons en tout

    - A quoi bon une armée des cailloux ?
    Mais flattée partout par ces effets
    Elle enlasse à sa taille le parfait
    Plus dur d'entre eux pour faire bisous

  • Découverte archéologique de premier ordre, un "journal de l'équipe" datant de 2006 !!!

    - Zinedine était-il mal nourri oui ou non ?
    - Je vous rappelle qu'il fallait qu'ils franchissent tous ensemble le Rubicon ce dimanche là
    - Et alors ? ce n'était pas à Rome mais à Berlin...
    - Jules César Domenech a déclaré au moment de franchir la rivière : "il faut savoir préserver l'équilibre entre le poids du fauve et le gras du gladiateur" et j'ajoute que rien ne prouve que la rivière Rubicon était située dans les environs de Rome.
    - Quelle honte de prétendre des choses pareilles ! Jules César Domenech a bien passé le Rubicon en Italie c'est écrit.
    - Pas du tout, vous n'avez qu'à relire l'archive canonique des téléviseurs plats à 1000.

  • Un concert de métronomes

    Ce matin je me réveille avec la pluie qui tombe si droite que cela me fait l'effet d'un grand spectacle.

    Nous sommes rassérénés depuis seulement hier soir.

    Disons qu'on a dormi.

    (petit mort hippocampe étoile amyotique)

     

  • 5+4 improvisé depuis la fenêtre

    petites filles /jouent sur les jets
    mais jaillissent au/ssi sur nos joues

  • 1998

    « Ma patrie, c'est la culture méditerranéenne».
    " Lorsque j'expose ce projet, je recueille une vague adhésion et beaucoup de scepticisme. Compte tenu de ce qui se passe en Palestine, en Algérie, dans les Balkans, ce n'est vraiment pas le moment de faire de tels rêves! Mais ce n'est jamais le moment. Ce n'était, par exemple, pas le moment en 1219 alors que les chrétiens partis pour la Cinquième Croisade se heurtaient aux forces du sultan Malik al-Kamil et essuyaient de graves échecs dont ils se vengeaient par des exactions contre les populations. C'est alors pourtant que François d'Assise s'embarqua pour l'Orient, rejoignit les croisés et, accompagné d'un frère, sans arme, alla se présenter à la porte de la ville de Damiette, dont les croisés n'avaient pu s'emparer, et demanda au sultan de bien vouloir le recevoir. Ce qui fut aussitôt accepté. Durant trois jours, ils se parlèrent, se comprirent et, au départ, François reçut un sauf-conduit lui permettant de visiter les lieux saints de Jérusalem. Cette année-là, le seul chrétien qui put se recueillir sur le tombeau du Christ fut celui qui y alla désarmé.
    Quel homme ou femme politique aura une vision à long terme et une audace comparables à celles de François d'Assise en 1219, et œuvrera à la réalisation de la communauté culturelle méditerranéenne? "

    Cet extrait de l'essai d'Albert Jacquard "à toi qui n'est pas encore né" (Ed. calman-lévy) date de l'été 1999. J'ai remis la main dessus parce que l'actualité me rappelle vaguement les lendemains chantés de 1998. Mais à l'envers, l'Europe est ratée, le racisme nouveau est arrivé et va s'affirmer en 2007, et la France boit la France chante.

    bonus : "Si l'on trouve immoral d'acheter un joueur pour l'inciter à perdre, il est illogique de considérer comme moral de l'acheter en lui demandant de gagner" Albert Jacquard.

  • Museo Nazionale del Bargello

    medium_dellarobbia_Small_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Andrea Della Robbia (1435-1525) "Ritratto di Gioyane Gentildonna" 1465-70.

    terre cuite vernissée

  • Le baume dans le coeur

    Dans le blanc lever des brumes fortes
    Dans le matin pâle des belles étoiles
    Dans l'enfance des nacres et des nuages
                    Nous n'irons pas sans toi


    Sur le front des baisers
    Sur de la sueur blanche
    Sur les copeaux des draps
                    Nous poserons nos batailles


    Derrière un mur
    Derrière la fontière mais avant l'autre
    Derrière la zone
    commerciale
                    Nous gueulerons nos joies affamées


    Partout où nous sommes allés
    Partout où nous sommes
                    Tombe le soleil
                    Revient
     le matin de lait