Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le trompettiste meurt jeune

  • Françoise et Sylvie

       Je suis née au début de la moitiè du siècle dernier, dans un bourg de touraine. J'ai fait dans ma vie la rencontre d'une femme qui en bouleversa le cours, avec elle nous sommes entrées dans les annales criminologiques. Mais cette femme dont j'ai fusionné le destin au mien, ne m'était pas inconnue. Françoise est une amie d'enfance. Plus j'ai vielli, plus la voir m'était insupportable, elle était ce que je devais être. Je ne sais pas ce qu'est le bonheur, ne ris pas lecteur, j'y suis inepte. J'ai vécu une vie de merde, en contractant une poliomiélyte à mon jeune âge. La polio est parfois une maladie oro-fécale. Je suis blonde. A mon procès j'avais presque l'air aimable d'après les jurés, je m'étais mise comme savait si bien le faire Françoise ou d'autres femmes, on aurait pu me désirer. Dans ma jeunesse à l'école on s'est si bien moqué de moi que j'en claudique encore, j'ai ravalé tant de frustrations. Papa ne m'aimait pas, maman était embarassée d'avoir une fillette paralytique à s'occuper. L'année de mon crime, le jour de l'anniversaire de mon fils, j'ai demandé à maman qu'elle me donne les ustensiles à boucherie de papa. C'est aussi mon fils qui m'a aidé à porter le sac le plus lourd jusqu'à ma voiture en bas de l'immeuble. Mon fils encore était avec moi lorsque j'ai jeté sur les berges ensablées de la Loire les restes calcinés du crâne de Françoise. J'innocentais mon fils en ces instants, par la même occasion j'osais faire ce que papa n'avait pas su faire de moi, avec ses propres outils, comme ses mains. C'est l'homme que j'innocente et lui que je venge, l'homme que j'adule, l'homme en général dont je dois avoir besoin sans arriver jamais à assouvir mes besoins... Oh cette salope de Françoise.

       Je l'ai attirée chez moi sans mal car je vous l'ai dit, elle a été témoin de mon enfance morne, je lui ai fait boire des sédatifs puis je l'ai couchée et dévêtue dans mon lit en plein midi avant que mon fils revienne de l'école. Je l'ai vidée de son sang dans ma baignoire après avoir appuyé sur sa tête et lui avoir coupé les veines à l'aide d'un scalpel volé à mon travail, toutes choses apprises dans les affaires criminelles dont je me suis passionnée parfois, comme de savoir par exemple qu'on identifie un corps avec les dents la plupart du temps. Mon mariage a été un échec, j'ai découvert que mon mari m'a faite cocue quelques années avant mon crime, je lui ai fait coucou aussi pour toujours et j'ai ruminé un peu mais il était si falot... J'ai arraché les dents en or de Françoise avant de la décoller, la prise étant plus facile et son intégrité intacte. Et chaude encore. Les vrais dents je les ai jetées dans le cabinet des toilettes, je les ai toutes arrachées. J'ai d'abord coupé la tête. Cela m'était si difficile qu'à ce moment j'ai été chez ma mère pour préparer l'anniversaire de mon fils et prendre le couteau et le hachoir de papa, vers 16h. C'était un lundi. Le soir, nous fêtons l'anniversaire et tout le monde s'en va coucher. Sauf moi. Je récupère feue Françoise que j'ai enroulé dans des couvertures sur mon balcon, elle est si blanche et propre, édentée, vidée de sang. A califourchon sur ce qui ne sera bientôt plus qu'un tronc je la décapite au couteau et au hachoir, ensuite je commence par ôter les bras en m'interrogeant sur ma méthode, ce qui fera dire lors de mon procès que je ne me suis pas trompée - j'ai vu souvent papa faire. En la chevauchant pour lui couper les jambes je suis au contact de ses seins que j'écrase de mon lourd fessier, cela me plaît fortement je ressens des choses jamais éprouvées et que j'ai senti après. Deux soirs encore je me livrerai à cette découpe.

       Disons finalement que je suis obsédée par la nécessité de faire disparaître sa tête, c'est une si petite chose maintenant. Je tente de la détruire au marteau, de mettre en miette la boîte crânienne mais rien n'y fait, je ne parviens pas, on ne peut pas s'imaginer la solidité d'un crâne. Finalement le dernier soir, n'y tenant plus je préchauffe mon four au feu maximal et y enfourne la tête sur le plateau lèchefrite, puis je vais me coucher. Elle cuira toute la nuit. Mon fils à côté dort. Moi aussi, très bien encore. Dans ma salle de bain j'ai traversé le miroir, c'est moi que je voyais en elle, c'est une part de moi-même que j'ai tué et depuis ces jours funestes jamais plus je n'ai rêvé de cette garce. J'ai acheté des sacs poubelles pour y mettre les morceaux de Françoise, j'ai déposé en fin de matinée les deux premiers sacs sur le parking de l'hôpital dans lequel je travaillais en tant qu'aide-soignante, cela fit un cliché de police extraordinaire. Ci-gît ensoleillée, une partie de Françoise (sans tronc ni tête) en deux sacs bleus clairs, à l'avant d'une immaculée 2CV blanche. Affublée de ses deux couilles bleues, la 2CV restera dans l'histoire de la criminologie française. Le tronc bien trop lourd est déposé avec l'aide de mon fils innocent derrière un autre magasin. La tête est ensablée dans la Loire. Depuis, dans les geôles j'arrive enfin à dormir et à jouir. Il n'y a pas deux filles en moi.


    Sylvie Vartan et Francoise Hardy - Il y a deux filles en moi
    envoyé par svsheila. - Clip, interview et concert.

     

  • Lee ! elle ?

    Trompette instrument de la fureur
    de vivre axe de cri sirène
    des nuits remède de tubard
    peut-on se maquiller pour le père ?
    m'entend-il ? lui qui aime tant Oum
    quand elle chante me verra-t-il ?
    je vais bien et ne suis pas folle
    dans la tranchée la section
    des trompettes dérouille des douilles
    d'obus dans la fosse
    un tambour (ce connard) joue
    Oum le dauphin sans fin
    dans la rue

  • Five little known things about Miles.

    J'ai fait de la boxe tout comme Red Garland.

    J'ai fait des courses de bagnoles avec Philly Joe Jones sur la 52ème.

    J'ai calqué mon style sur le débit de Frank Sinatra, cet espèce de retard là, vous voyez.

    J'ai vexé Art Taylor en plein set en lui disant de ne pas chercher à faire comme Philly, il s'est tiré en plein morceau.

    Enfin, je vous rappelle que Bill Evans n'a jamais été foutu de swinguer aussi vite que Red.

  • Jazz trumpet star Clifford Brown killed in car crash [voilà 50 ans ce 26 juin]

    American trumpet-star Clifford Brown and pianist Richie Powell were killed in a car crash on wednesday morning of this week (cables Nat Hentoff) [le 26 juin 1956]. This tragic accident took place just outside Bedford, Indiana, while the two musicians were travelling to Chicago, for an engagement with the Clifford Brown-Max Roach group
    of which they were both members.

    Powell's wife, whom he married only a month ago, was also killed in the crash.

    Mikes Butcher writes : the death of Clifford Brown is probably the most lamentable loss to contemporary jazz since Charlier Parker died, last year.

    Brownie, a native of Wilmington, Delaware, rose suddenly to fame in 1953 (when he had been playing trumpet only eight years) as a member of the Lionel Hampton Band. He recorded extensively in Europe that year with contingents from Hamp's group (Vogue, Esquire), and quickly became recognised as one of America's most brilliant jazz trumpeters upon his return to the States. He won the "New Star Trumpet" award in the "Down Beat" critics' poll, 1954.

    BUD'S BROTHER

    For the past two years, Brownie had been co-leader with Max Roach of the succesful Brown-Roach combo, recording exclusively fo EmArcy in recent months with the unit, and also as guest star on sessions with Sarah Vaughan, Helen Merrill, etc.

    Richie Powell, though overshadowed as a pianist by his famous brother, Bud Powell, was an excellent, swinging musician who can be heard to advantage on records with the Brown-Roach unit (Vogue, EmArcy).

  • Le trompettiste meurt jeune

    Le critique nous a laissé les causes de décès.

      âge cause du décès
    Buddy Bolden n.c. devenu fou à 30ans
    Bix Beiderbecke 26 n.c.
    Bunny Berigan 33 ivre mort
    Hot Lips Page 46 ivre mort
    Bubber Miley (chez Ellington) 29 n.c.
    Al Killian (chez Ellington) 34 massacré par un meurtrier récidiviste
    Sonny Berman (chez Woody Herman) 23 explosion du cœur
    Fats Navarro 26 tuberculose+drogue
    Clifford Brown 26 accident de voiture
    Booker Little 23 crise d'urémie
    Joe Gordon (chez Shelly Manne) 35 périt dans un incendie
    Woody Shaw 45 n.c.
    Lee Morgan 33 abattu par une ex en plein set

     

    Cela nous fait treize trompettistes, seul Dizzy et Miles ont joué longtemps au regard de l'importance d'un Clifford bien sûr.